Historique du Moulin

Le moulin de Tigny n'est pas qu'un simple moulin aménagé en chambres d'hôtes. Laissez nous vous compter son histoire et son implication dans l'histoire de France depuis le XIIème siècle.

Du XIIème au XIXème siècle :

Nous sommes au XIIème siècle, un chevalier est un seigneur féodal possédant un fief important. C'est le cas de Foulques, sire de Nempont et d'Enguerran, sire de Beaurain. Chacun possède un moulin à Tigny. Foulques donne le sien aux religieux de Saint-Josse-au Bois en 1142, et le fils d'Enguerran en fait autant en 1158. Puis, au cours du XIIIème siècle, le domaine est encore augmenté par générosité de plusieurs seigneurs ceux de Nempont et de Collines, le comte de Ponthieu, Enguerran d Lianne, Gaultier de Waben et Gilbert de Aurenc... En 1252, les moines possèdent environ 375 journaux (ancienne mesure de surface dont la taille vaire selon les provinces) de terres labourables, 90 journaux de bois et 10 journaux de prairies. Il devient nécessaire d'admistrer, d'imposer des règles.

Au mois de mars 1205, le comte de Ponthieu se déplace afin de fixer la bannée (mesure du volume du grain ou de la vendange) du moulin de Tigny. Il fut convenu que les habitants de Waben, de Verton, de Tigny, de Saint-Vaast et de Saint-Quentin en Marquenterre y feraient moudre leur grain sous peine d'amende. Quant aux droits de mouture, ils se partageraient équitablement entre le comte et les moines, ceux-ci choisissant le meunier. Les constructions occasionnées par le séjour du comte seraient à frais communs, mais les dépenses de villégiature du comte ou de l'abbé demeuraient personnelles. En outre, Les moulins de Tigny seraient grevés de certaines redevances envers les seigneurs de Nempont, de Collines et de Beaurain, et devraient payer au roi deux cents anguilles pour la retenue de la rivière.

Il est dit aussi qu'aucun moulin ne pourra être établi contre le gré des moines depuis Maintenay jusqu'à la mer et depuis Tigny jusqu'à Saint-Josse-sur-mer. Cette convention est passée devant la comtesse de Ponthieu et sa fille Marie, les chevaliers Hugues de Fontaine, Hugues Boteris, Gaultier de Hallencourt, Dreux de Ponches et Simon le Donqueur, ainsi que les abbés de Valloires et de Saint-Jean d'Amiens.

Le XXème siècle :

Le moulin de Tigny fut le dernier moulin en fonction dans l'Authie. Et le dernier meunier fut Monsieur Bossu, qui passe toujours pour voir si tout va bien. Il avait reprit le moulin en 1947 à la suite de ses beaux-parents dont la famille y vivait de générations en générations. Il arrêta de moudre le farine et l'huile en 1958 puis l'aliment à bétail en 1978. Quant il prit sa retraite, le moulin fut vendu et après restauration devint des chambres d'hôtes.